Logo IF
Formations 
POUR VOUS AIDER
de bien démarrer en savon artisanal 

FORMATIONS QUI ÉVOLUENT À
VOTRE RYTHME

FOIRE AUX QUESTIONS SCIENTIFIQUES ET AUTRES 

Scientifique

LE SAVON À FROID - IL EST NATUREL OU NON ?


LA SEMAINE DERNIÈRE, UN CLIENT NOUS A POSÉ DEUX BONNES QUESTIONS .... 1. "Pourquoi voudrais-je utiliser un produit aussi caustique que l'hydroxyde de sodium (soude) sur ma peau ?" et;
2. " Votre savon est-il encore naturel s'il est fabriqué avec de l'hydroxyde de sodium NaOH (la lessive) ? Si vous êtes un savonnier professionnel qui commercialise son savon, vous serez vous aussi confronté, à un moment ou à un autre, aux mêmes questions, mais comment répondre et surmonter ces perceptions ? LA RÉPONSE COURTE EST OUI, LE SAVON À FROID EST TOUJOURS NATUREL, MAIS POURQUOI? La bonne nouvelle, c'est que vous pouvez toujours vous appuyer sur la chimie, qui est le principe de base vers la vérité. Vous n'utilisez pas de lessive sur votre peau. Vous utilisez du savon. La fabrication du savon nécessite de l'hydroxyde de sodium, plus communément appelé soude caustique ou lessive. L'hydroxyde de sodium est un composé inorganique répondant à la formule NaOH, où Na+ représente les cations sodium et OH- les anions hydroxyde. C'est un liquide incolore, plus dense que l'eau, et une substance très caustique qui est utilisée pour neutraliser les acides. Cela signifie que tous les savons que l'on trouve sur le marché ont été fabriqués avec de la soude. Tant que les autres ingrédients sont naturels, le savon restera naturel pendant le processus de fabrication car la soude n'est pas présente dans le produit final. Bien que la soude soit dangereuse à manipuler sous sa forme chimique, cette substance n'est pas considérée comme un ingrédient actif des savons. La soude est neutralisée dans le processus de saponification, la transformation de la graisse ou de l'huile en savon lorsqu'elles sont combinées ensemble C'est pourquoi la plupart des fabricants de savon ne mentionnent pas l'hydroxyde de sodium sur leurs étiquettes en raison de la désinformation et de la crainte des consommateurs. QUE DIT LE REGLÈMENT ? Selon la réglementation cosmétique CE 1223/2009, section étiquetage, l'hydroxyde de sodium doit figurer dans votre liste d'ingrédients car vos clients méritent de savoir comment votre savon a été fabriqué, même s'il n'est pas présent dans le savon fini. Certains savonniers mettent un point d'honneur à commercialiser leur savon en utilisant des "alternatives" à la soude, en insistant sur le fait qu'ils utilisent plutôt de la glycérine, ou qu'ils fabriquent leur savon sans utiliser de soude. Dans ces deux cas, la désinformation semble être un facteur. Comme vous le savez, la glycérine est le résultat naturel de la saponification. MODIFIER LA PERCEPTION DU PUBLIC Il est de votre responsabilité de contribuer à changer la perception du public. En comprenant mieux vous-même la chimie de cette substance caustique, vous pouvez informer vos clients afin qu'ils puissent se sentir en sécurité et avoir confiance dans leur décision d'achat. Les perceptions ont leur propre dynamique, et elles peuvent amener les consommateurs à éviter des produits qu'ils pourraient autrement utiliser. Mais les perceptions peuvent aussi être modifiées. La soude n'est pas un vilain défaut, et le savon fabriqué avec de la soude n'est pas à éviter. En fait, entre les mains de bons savonniers, il s'agit d'un produit fabriqué en pensant à votre peau et à votre santé, dont la qualité générale et la douceur sont bien supérieures à celles des nettoyants commerciaux sans savon.





Autres

SERAI-JE INSPECTÉ PAR L'ANSM LORS DU PROCHAIN CYCLE D'INSPECTION ?


Oui, c'est probable, voire très vraisemblable. Pour vous aider à mieux comprendre les objectifs d'une inspection de l'ANSM, voici un résumé des conclusions du dernier cycle d'inspection en 2015. ANSM - Pôle Inspection en Surveillance du Marché SYNTHESE DE CAMPAGNE D’INSPECTIONS Résumé : Un vaste programme d’inspections a été réalisé, entre 2010 et 2015, chez des fabricants et des établissements de fabrication de produits cosmétiques, par la Direction de l’inspection de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), avec pour objectif de vérifier l’application par les opérateurs des exigences relatives aux Bonnes Pratiques de Fabrication (norme NF EN ISO 22716 BPF). Ce programme d’inspections a comporté une phase exploratoire comprenant 70 établissements, initiée avant la mise en place du règlement n°1223/2009 relatif aux produits cosmétiques, et une campagne d’inspections BPF, sur 16 opérateurs, réalisée après l’application du règlement. A l’issue de cette phase exploratoire 32 établissements ont été considérés comme globalement satisfaisants selon la norme BPF et 38 établissements comme devant apporter des améliorations conséquentes pour se mettre en conformité aux BPF dont 26 opérateurs qui se sont engagés à progresser pour améliorer leurs pratiques. Compte tenu de ce constat, l’ANSM a retenu une approche par le risque pour la sélection des opérateurs de la 2ième phase débutée en 2014, ce qui explique le nombre important de mesures administratives prises à l’issue de la campagne d’inspections BPF. Les résultats de cette campagne ont montré des écarts particulièrement nombreux et de criticité élevée pour 12 inspections sur les 16 réalisées. Les rapports d’inspections ont mis en évidence que les opérateurs, à l’exception de 2, doivent progresser sur l’ensemble des points déclinés dans les BPF, et en particulier pour les aspects relatifs aux locaux/équipements, aux matières premières/articles de conditionnement, aux produits finis et à leur libération ; de conséquents axes de progrès sont donc attendus pour la plupart des opérateurs. L’ANSM a initié des suivis administratifs aboutissant à 8 injonctions, 1 mise en demeure (MED) et 2 rappels à la loi afin que les opérateurs se mettent en conformité aux BPF.





Poser une question

COMMENT PUIS-JE POSER UNE QUESTION ?


Cliquez ici et remplissez le formulaire de contact